• ACTE 1 - Scène 6

    ACTE 1 - Scène 6


     BROCHETTE  Salut, oh patron. Oila une heure que je crois bien que vous parlez et je me suis dit en moi-même : Yte appelé ou y t'a pas appelé, c'est lui ou c'est pas lui. A la fin j'ai plus tenu, j'ai descendu en bas......
       
     RAPHAËL  Vas bien o calamar que ti es. Rien que toi tu fais carte et tu sais même pas pourquoi je t'a sufflé...Va oir si y a personne en bas la fenêtre parce que c'est plein des fugures de sparles qui se font les espions.
       
     BROCHETTE  ça y est j'ai regardé. Y'a personne patron ! Qu'estcec'est tout ce mystère qu'on dirait le roman qu'il a joué à "Le variété".
       
     RAPHAËL  Oilà ! J'ai trouvé une affaire qui va nous porter de l'argent comme la caillasse. Y'a un coucouts qui va venir faire du rembinage à ma fumelle. Surtout aujourd'hui y vient de se vendre l'âme des moutons à Djire. On va se lui donner le compte et après qui nous bouge. 
       
     BROCHETTE  O patron à de bon te m'a vu arriver. ça fait l'âme des coups que vous me faites faire avec ta fumelle et chaque fois vous dites " Allez brochette encore çui là et c'est fini, encore çui là et basta et maintenant encore un autre et y'a mare. Pour l'âme de vos morts les plus fraîches, vous allez me faire aller en galère. Non y'a mare ouais, cherchez un autre pigeon. 
       
     Mme RAPHAËL  Non Brochette, le bon dieu y m'aveugle la vue si c'est pas vrai. Mai après y'a assez. C'est un vieux y tient pas debout.
       
     BROCHETTE  Ouais ..vous, vous dîtes conmme ça, mais y'a des vieux qui sont encore capables ques ce vous croyez....c'est qui çuila ?
       
     RAPHAËL  C'est le vieux Carmelo qui s'achète les moutons et les animaux à Penthièvre.
       
     BROCHETTE  Encore un de par là. Malah vous êtes fou. Avec le coup du marchand d'arapèdes, moins cinq y m'attrappent. Non y'a mare...
       
     RAPHAËL  Allez Brochette, pour ce vieux qu'il est tout tchigate ti'a peur ? Après on s'le jette à la Sibouse et les barbots y s'laffogue. Allez va pasque c'est toi, si t'le fais je paie une madonne de casquette ac des carreaux, oui des carreaux et un pantalon palbitche que quand te va à la mer on te prend pour un gentleman.
       
     BROCHETTE  A de bon te m'les achètes...
       
     Mme RAPHAËL  Le bon dieu y nous crève les dents.
       
     BROCHETTE  Alors vas bien. Je vais m'larranger les osses à ce vieux dintche. Qu'est-ce qu'on lui fait hein patron ?
       
    RAPHAËL Donne z-y à coups de d'tabous et n'a pas peur. On fait la djeille avec ma fumelle.
       
    BROCHETTE Bon ! Laissez le qui vient se faire la sérénade et faites le monter en haut boire l'anisette. Moi je vais me préparer les d'tabous.
    (en sortant)
    Madonne, ac la casquette à carreaux que des necs je vas me faire...