• ACTE 1 - Scène 5

    ACTE 1 - Scène 5


       (RAPHAËL rentre)
    RAPHAËL   Salut !
    Toi Marie va voir si y passe des masques dihors et si te ois BROCHETTE, dis y qui vient. J'y va y dire deux mots à cette fugure d'enchois.  
       (MARIE sort - RAPHAËL s'adresse à sa femme)
       
     RAPHAËL  Ecoute, oh... lumière de ma vie. Te es belle comme un coucher de soleil à la choumarelle.
       
     Mme RAPHAËL  OH... l'homme que qui te prend. Ti en a dans l'aile. Ti as tapé une tchouke à la place d'armes ?
       
     RAPHAËL  Ti entraves que dale. J'a vu CARMELO, t'sais çuila du pont blanc, qu'il a toujours le pantalon à manches courtes pour courrir derrière le train, çuila qui nous a vendu la grosse vache de Monte Beliard.
       
     Mme RAPHAËLLE  Jure tombe de l'oncle, t'las vu Raphaël ?
       
     RAPHAËLLE  Ouais..j'la vu...il veut le pognon. Alors j'a dis "écoute frère ac tous ces gangsters, je prends pas du pognon sur moi. Viens à chez moi au "Chien mort" et là on s'arrange la cravate.
       
     Mme RAPHAËL  Jure tu vas y donner. Mella ti as tombé sur le carafon.
       
     RAPHAËL  Ecoute moi, si ti as peur n'a pas peur. S'y vient, y faut j'lenlève du monde à cette tanoute....
       (on entend de l'accordéon)
    M'a écoute l'accordion, je crois c'est l'OEIL DE SEITCHE.
       
       (OEIL DE SEITCHE rentre)
       
     OEIL DE SEITCHE  Salut la compagnie. J'a un froid sur moi, le bon dieu y le sait et je claque des dents. Te dirais les sangliers de chez ARNOLD.
       
     RAPHAËL  Bois un coup et si t'y es un homme, gratte nous une java. J'va m'la taper ac ma femme comme ça je m'e,lève les idées noirtes
       (oeil de Seitche joue, le couple danse la java)
     RAPHAËL
    à OEIL DE SEITCHE
     Maintenant que j'ta levé la soif, va voir si je suis dihors.